Le carcinome basocellulaire est l’un des types de cancer de la peau les plus répandus au Canada. Fort heureusement, c’est aussi le moins dangereux.

Il faut toutefois le traiter rapidement, car sinon il continuera à se propager en envahissant et détruisant la peau environnante, causant éventuellement un grave préjudice esthétique.

À quoi ressemble-t-il?

Le carcinome basocellulaire se retrouve habituellement sur la peau exposée au soleil, le plus souvent le visage et le cou, mais aussi le torse, les bras et les jambes. L’apparence de ce type de cancer de la peau peut varier.

Voici les premiers signes à surveiller :
  • Petite bosse ferme, couleur chair ou légèrement rougeâtre, souvent entourée d’une bordure perlée. Elle peut contenir de petits vaisseaux sanguins en surface qui la teintent de rouge.
  • Lésion ou petite excroissance qui saigne, forme une croûte et réapparaît. Toute lésion qui ne guérit pas en quatre semaines devrait être examinée par votre dermatologue.
  • Petite plaque rouge sèche avec squames le plus souvent au torse ou aux membres.
Quelle est sa cause?

Les radiations ultraviolettes du soleil sont la principale cause de ce cancer de la peau. Une accumulation de coups de soleil graves et d’intense exposition au soleil durant l’enfance augmente le risque d’apparition de type de cancer chez l’adulte.

Qui risque d’être atteint de ce cancer?

Outre l’exposition au soleil, un important sous-groupe de la population est beaucoup plus vulnérable à ce type de cancer. Les études ont montré que les personnes à la peau claire et aux cheveux blonds ou roux, dont la peau brûle facilement au soleil, sont les plus à risque. L’incidence augmente avec l’âge, surtout chez les plus de 50 ans. On retrouve toutefois maintenant ces tumeurs chez les adolescents et les jeunes adultes. Cette maladie touche aussi plus d’hommes que de femmes. Les personnes qui ont déjà eu ce type de cancer risquent davantage de le voir resurgir. Les personnes qui ont reçu une greffe du rein et dont le système immunitaire est déprimé courent aussi un plus grand risque d’être atteintes de ce cancer.

Comment traite-t-on ce cancer?

Tout dépend de la tumeur (taille, endroit du corps, etc.) et de l’état de santé des patients. Votre dermatologue discutera avec vous des choix de traitement. Il s’agit parfois d’une simple excision chirurgicale, d’un curetage suivi d’une électrodessiccation ou d’un curetage suivi d’une application d’azote liquide (cryochirurgie).

De nouveaux traitements font leur apparition pour certaines formes de ce type de cancer de la peau, par exemple la thérapie photodynamique (combinaison photo-sensibilisant + lumière) ou une crème stimulant le système immunitaire. Dans le cas des grosses tumeurs, des tumeurs récurrentes ou des tumeurs situées près de structures importantes comme le nez ou les yeux, la chirurgie de Mohs est indiquée. Il s’agit d’une forme de chirurgie spécialisée qui produit un taux élevé de guérison et permet d’enlever uniquement la tumeur en épargnant la peau normale. La chirurgie de Mohs est exécutée par des dermatologues spécialement formés à la technique.