L’Association canadienne de dermatologie (ACD), Novartis et l’Association canadienne des patients atteints de psoriasis (ACPP) ont collaboré à la création d’une annonce de service public visant à sensibiliser les gens au psoriasis et à ses répercussions émotionnelles et physiques pour un million de Canadiennes et de Canadiens qui vivent avec cette maladie. Des dermatologues et des médecins résidents en dermatologie de partout au pays ont participé à une activité de peinture sur corps, leur peau servant de « toile », en guise d’hommage à leurs patients atteints de psoriasis et pour aider la population à mieux comprendre les perspectives et les émotions de leurs patients qui vivent avec la maladie. Voyez ici la création de la campagne « Le psoriasis en peinture pour mes patients ».

Les symptômes peuvent prendre diverses formes :

  • plaques de peau sèche ou rouge, habituellement couvertes d’écailles (squames) de couleur blanc argenté, dont les rebords sont parfois soulevés;
  • rougeurs sur le cuir chevelu, la région externe des organes génitaux ou les plis de la peau;
  • douleur et démangeaisons, parfois sévères;
  • douleur, enflure ou raideur aux articulations;
  • anomalies des ongles.

Les lésions peuvent apparaître n’importe où sur le corps, mais mais elles se retrouvent typiquement aux coudes, aux genoux, au cuir chevelu, à la poitrine et au bas du dos.

Qui peut être atteint de psoriasis?

Le psoriasis peut apparaître à tout âge, bien qu’il se manifeste habituellement chez les adultes. Une des formes de psoriasis, le psoriasis en gouttes, apparaît généralement pendant l’enfance ou au début de l’âge adulte. Le psoriasis atteint autant les hommes que les femmes.

Quelles sont les causes du psoriasis?

Bien que l’on ignore la cause exacte du psoriasis, les chercheurs croient que la maladie pourrait être attribuable à un ensemble de facteurs génétiques, environnementaux et immunitaires combinés.

Le psoriasis se développe lorsqu’il y a mauvais fonctionnement du système immunitaire, ce qui provoque l’inflammation

Les globules blancs (lymphocytes T) du système immunitaire sont stimulés ce qui provoque l’inflammation, laquelle entraîne une migration des cellules de la peau vers la surface et une desquamation dix fois plus rapide que la normale.

Pour les personnes atteintes, le psoriasis a des répercussions importantes qui ne se limitent pas aux aspects cosmétiques ou physiques. La maladie peut réduire la qualité de vie en raison de la douleur physique et de l’inconfort.

Les lésions psoriasiques peuvent démanger, être douloureuses et saigner : il est alors difficile de dormir, de se vêtir ou de prendre part aux activités quotidiennes. Si les articulations sont également atteintes, la douleur peut aussi être physiquement invalidante. Les personnes atteintes de psoriasis risquent davantage de souffrir de dépression et d’anxiété, et sont plus à risque de suicide.

Selon un sondage national auprès des patients, le psoriasis et les conditions qui y sont reliées « représentent un véritable fardeau dans la vie quotidienne des Canadiens qui souffrent de la forme modérée ou sévère de la maladie ». Plus d’un tiers des répondants (176 sur 500) perçoivent leur maladie de peau comme un problème important dans leur vie quotidienne. Cette perception semble liée à la gravité et à l’étendue de la maladie.

Le traitement a pour objectif de permettre à la personne d’améliorer sa qualité de vie.

Quelques faits au sujet du psoriasis
  • 1 million de Canadiens et 125 millions de personnes dans le monde souffrent de psoriasis.
  • Le psoriasis en plaques représente la forme la plus courante de la maladie et touche environ 90 % des patients.
  • Jusqu’à 30 % des personnes atteintes de psoriasis souffrent également d’arthrite. Le psoriasis peut accroître le risque d’autres maladies systémiques chroniques, y compris la crise cardiaque et l’accident vasculaire cérébral, le diabète, le cancer et les maladies du foie.

Pour faire correctement le diagnostic du psoriasis, le médecin doit relever soigneusement les antécédents médicaux et faire un examen physique.

Le psoriasis peut se présenter sous diverses formes : psoriasis en plaques, en gouttes, pustuleux, inversé et érythrodermique. Certaines de ces formes peuvent évoluer à partir du psoriasis en plaques.

Le psoriasis en plaques représente la forme la plus courante de la maladie et il touche environ 90 % des patients. Il se caractérise par l’apparition de plaques rouges écailleuses. Les symptômes peuvent être légers à sévères, couvrir une petite partie du corps ou être très étendus.

Le psoriasis en gouttes se manifeste habituellement soudainement, en quelques semaines, et couvre souvent une grande partie du corps. Il se caractérise par de petites lésions en forme de gouttes qui apparaissent souvent sur le torse (p. ex., au bas du dos), les bras, les jambes ou le cuir chevelu. Environ 10 % des personnes atteintes souffrent de cette forme de psoriasis, la deuxième forme la plus répandue de la maladie. Le psoriasis en gouttes apparaît souvent à la suite d’une infection des voies respiratoires supérieures, comme l’infection streptococcique de la gorge, qui agit comme déclencheur. Le psoriasis en goutte peut disparaître de lui-même sans traitement et ne jamais réapparaître chez la personne atteinte, ou il peut devenir récurrent pendant toute la vie. Il peut parfois être sévère, persistant et nécessiter un traitement.

 

Le psoriasis pustuleux se caractérise par des cloques remplies de pus. Il peut parfois être invalidant et même mortel. Il peut être limité à certaines zones du corps (localisé) ou couvrir presque tout le corps (généralisé). S’il est localisé, les pustules sont généralement présentes seulement sur la paume des mains et la plante des pieds. Des écailles se forment progressivement à mesure que les lésions pustuleuses s’assèchent.

Le psoriasis inversé atteint les replis de la peau (aussi appelés « flexures ») qui sont soumis à de la pression, de la friction, de l’humidité ou de la transpiration : les plis interfessiers, la région génitale, le dessous des seins et les aisselles. Ces lésions sont lisses et rouges contrairement aux lésions épaisses et écailleuses.

Le psoriasis érythrodermique est une forme rare mais grave de la maladie qui se caractérise principalement par une rougeur généralisée et une inflammation qui ressemblent à un coup de soleil. Il peut être causé par un coup de soleil grave, par l’utilisation de certains médicaments (tels que les corticostéroïdes par voie orale ou le lithium) ou même par l’abandon soudain d’un traitement du psoriasis. Il peut aussi résulter d’un psoriasis mal contrôlé. Il peut être mortel et nécessite habituellement une hospitalisation puisque la peau n’est plus capable d’effectuer ses fonctions vitales de régulation de la température du corps et de protection contre les organismes infectieux (p. ex., les bactéries).

Une note au sujet de l’arthrite psoriasique

Outre ses effets évidents sur la peau, le psoriasis peut aussi toucher d’autres organes du corps. Certains patients atteints présentent aussi une forme d’arthrite, appelée arthrite psoriasique. Cette forme de psoriasis, reconnue comme une maladie en soi, peut être sévère et causer de l’inflammation, de la raideur et de la douleur aux articulations (arthrite) en plus de plaques sur la peau. Les plaques cutanées et la douleur articulaire ne se présentent pas en même temps, donc une poussée de psoriasis peut se manifester par des douleurs articulaires en l’absence de lésions visibles et vice-versa. Le plus souvent, la composante arthritique apparaît environ une dizaine d’années après l’apparition des plaques cutanées.

Pour des renseignements additionnels

De l’information médicale approfondie pour les patients, revue par l’ACD, est affichée sur le site santecheznous.com. L’American Academy of Dermatology (PsoriasisNet), la National Psoriasis Foundation des États-Unis et la New Zealand Dermatological Society fournissent aussi de l’information médicale de confiance (en anglais).

Le psoriasis peut être permanent ou épisodique, ce qui signifie que les symptômes peuvent s’aggraver temporairement puis diminuer et même disparaître entièrement jusqu’à la prochaine poussée.

Des déclencheurs ou facteurs précipitants, tels que le stress émotionnel, une blessure à la peau, une infection systémique et la prise de certains médicaments, peuvent causer une poussée de psoriasis ou même mener au développement de la maladie.

Des infections des voies respiratoires causées par des bactéries ou des virus peuvent mener au développement du psoriasis.

Les lésions de la peau ou tout traumatisme à la peau, tels qu’une petite coupure en se rasant, une brûlure, une piqûre d’insecte, une coupure, une écorchure, un coup de soleil, la ponction d’une aiguille (d’un vaccin par exemple), une ampoule ou un bleu (ecchymose) peuvent déclencher le psoriasis.

Certains médicaments tels que le lithium (un antidépresseur), les bêtabloquants (type de médicaments couramment prescrit contre l’hypertension artérielle) de même que, rarement, les médicaments contre la malaria, peuvent aussi causer une poussée de psoriasis ou le faire apparaître pour la première fois. Les corticostéroïdes pris par voie orale peuvent aggraver les symptômes du psoriasis s’ils servent de façon abusive ou si le traitement est interrompu brusquement.

Le stress est un facteur déclencheur de nombre de problèmes de santé et semble également être un déclencheur du psoriasis. Il peut aussi en aggraver les symptômes. Vivre avec le psoriasis peut également contribuer à un état de stress qui, en retour, peut aggraver la maladie.

Le climat est un autre facteur qui peut aggraver ou améliorer le psoriasis. Le temps froid et sec en hiver a un effet particulièrement négatif sur le psoriasis parce qu’il assèche et irrite la peau.

Le tabagisme et l’embonpoint ont aussi été associés à un risque de développer le psoriasis et d’aggraver la maladie.

Q : Est-ce que je peux attraper le psoriasis en touchant une personne atteinte de cette maladie?

R : Non, le psoriasis n’est pas contagieux. Ce n’est pas une maladie infectieuse.

Q : Est-ce que le traitement peut guérir le psoriasis de façon permanente ?

R : Parfois, si le traitement est efficace, il peut entraîner une rémission du psoriasis en faisant disparaître les symptômes pendant des semaines ou des mois, mais il n’existe pas de remède pour guérir totalement la maladie.

Q : Est-il possible de prévenir le psoriasis ?

R : Si vous avez des antécédents familiaux, vous pouvez réduire la possibilité de développer le psoriasis en diminuant le stress, en évitant le tabagisme, en prévenant l’obésité et l’embonpoint et en parlant à votre médecin des médicaments que vous prenez.

Q : Qu’est-ce qui arrive si j’abandonne le traitement?

R : Souvent, le psoriasis revient après l’arrêt du traitement. Pour certains médicaments, les corticostéroïdes, par exemple, l’interruption soudaine du traitement peut déclencher une forme plus sévère de psoriasis, mais cela demeure assez rare.

Q : Est-il possible que je sois atteint de plus d’une forme de psoriasis?

R : Une personne peut être atteinte de plus d’une forme de psoriasis en même temps ou être atteinte de différentes formes successivement, à différents moments.

Plusieurs traitements sont disponibles pour aider à contrôler le psoriasis.

Le choix du type de traitement le plus approprié varie selon la forme et le degré de sévérité de la maladie, la taille et l’étendue des plaques, la réponse du patient à un traitement donné et ses préférences.

Le médecin peut changer la dose du traitement d’un patient, combiner un type de traitement à un autre ou changer de traitement pour en trouver un qui fonctionne mieux pour le patient.

Topiques

Les traitements topiques, tels que les crèmes et les onguents, sont généralement recommandés en premier, surtout pour les personnes atteintes d’une forme légère de psoriasis. L’objectif principal de ce type de traitement est de ralentir et de réguler le renouvellement des cellules de la peau, de réduire l’inflammation et de réprimer le système immunitaire. Parmi les traitements topiques on retrouve entre autres les corticostéroïdes topiques, les dérivés de la vitamine D3, les rétinoïdes, les inhibiteurs de la calcineurine, l’anthralin et le goudron de houille.

Les corticostéroïdes sont les agents le plus souvent utilisés pour le traitement topique du psoriasis et ils sont à la base des traitements depuis des décennies. Les crèmes topiques contenant de puissants corticostéroïdes sont les plus efficaces contre le psoriasis.

Le médecin peut recommander une combinaison de ces agents topiques ou les associer à une thérapie par voie orale ou à une photothérapie.

Médicaments administrés par voie orale

Un certain nombre de médicaments administrés par voie orale peuvent aider à contrôler le psoriasis. Ils sont généralement réservés au traitement des formes plus sévères ou présentant des symptômes répandus sur une grande étendue du corps.

Ces médicaments sont notamment le méthotrexate, la cyclosporine, l’acitrétine et l’aprémilast.

Les agents biologiques

Les agents biologiques sont des traitements novateurs administrés par injection ou perfusion. Ce sont de grosses molécules qui bloquent les voies inflammatoires et peuvent être très efficaces dans les cas de psoriasis plus sévères.

Les agents biologiques approuvés pour le traitement du psoriasis au Canada sont notamment l’étanercept et les anticorps monoclonaux adalimumab, infliximab, ustekinumab, secukinumab et ixekizumab. De multiples facteurs interviennent dans le choix de l’un ou l’autre de ces médicaments.

La photothérapie

La lumière naturelle et la lumière artificielle ultraviolette (UV) sont toutes deux utilisées dans le traitement du psoriasis. De nombreux patients atteints de psoriasis ont remarqué que l’exposition à la lumière du soleil semble améliorer leurs symptômes. Une des formes de photothérapie, la photothérapie UVB à bande étroite, émet une courte longueur d’onde de lumière UV qui pénètre dans l’épiderme, la couche externe de la peau. Cette lumière diffère de celle qui est émise par les lampes de bronzage et les recherches indiquent qu’elle n’accroît pas le risque de cancer. Une autre forme de photothérapie, la puvathérapie (PUVA), combine le médicament psoralène sous forme orale ou topique à l’exposition à la lumière UVA. Le médicament sensibilise la peau à la lumière UVA, ce qui améliore l’efficacité du traitement.

Combinaison de traitements

Le défi, à la fois pour le médecin et pour le patient, est de trouver ce qui fonctionne de la façon la plus efficace. Souvent, le médecin peut choisir de combiner deux ou plusieurs traitements pour obtenir le meilleur résultat.