Acne

L’acné est le problème de peau que les médecins voient le plus souvent. Elle se produit lorsque les follicules pileux deviennent obstrués par la combinaison d’une substance huileuse produite par la peau (le sébum), de saleté et de cellules cutanées mortes.

Il arrive souvent qu’une bactérie, Propionibacterium acnes (P. acnes) soit aussi présente, ce qui contribue à la rougeur, à l’enflure et à la présence de pus qui peuvent accompagner les lésions. L’acné en est le résultat visible, sous forme de points noirs, de points blancs, de boutons et de kystes. L’acné apparaît surtout sur le visage et le cou, mais aussi sur les épaules, le dos et les bras.

Il arrive à tout le monde d’avoir un bouton un jour ou l’autre quelque part sur le corps.

L’acné survient souvent durant la puberté et peut persister pendant 5 à 10 ans et peut même continuer à l’âge adulte. Certains bébés développent de l’acné peu après la naissance.

S’il s’agit d’un cas d’acné léger ou modéré, le problème est souvent traité à l’aide d’un médicament en vente libre (sans ordonnance). Par contre, si l’acné est grave, tenace et répandue, il est recommandé de consulter votre médecin de famille pour recevoir un médicament plus puissant.

Les glandes sébacées (qui produisent de l’huile) deviennent trop actives et produisent un excès de sébum, généralement à la puberté. Chez certaines personnes, cet excédent de sébum obstrue les pores, causant ainsi l’inflammation (rougeurs et enflure) souvent associée à l’acné.

L’hérédité (vos gènes) est un autre facteur qui détermine qui sera atteint d’acné et à quel degré. Si un de vos parents ou les deux ont eu de l’acné, vous risquez davantage d’vous aussi affecté(e) par ce problème de peau.

De nombreux facteurs peuvent provoquer les poussées d’acné ou les éruptions. Les éléments déclencheurs peuvent être différents d’une personne à l’autre. Une bonne façon de maîtriser son acné consiste à éviter les éléments déclencheurs. Par exemple :

Produits de beauté

Le maquillage et les produits pour les cheveux peuvent obstruer les pores. Lorsque vous achetez ces produits, cherchez sur l’étiquette les termes « sans huile », « non comédogène » et « non acnéigène » : ils signalent que le produit risque moins de causer de l’acné.

Pression sur la peau

Lorsqu’on exerce de la pression sur la peau en portant, par exemple, une mentonnière, un casque, un bandeau, une bretelle de guitare, une bretelle de soutien-gorge ou des vêtements serrés, de l’acné localisée peut se développer au point de contact avec la peau.

Transpiration

Chez certaines personnes, la transpiration peut aggraver l’acné, sans doute parce que la sueur obstrue les pores, surtout si elle est retenue par les vêtements.

Lavage excessif

On recommande aux personnes qui sont portées à faire de l’acné de se laver le visage deux fois par jour avec un nettoyant doux. En lavant la peau plus souvent, en frottant ou en exfoliant, ou encore en utilisant des produits nettoyants ou astringents forts (comme une lotion tonique contenant de l’alcool), on risque de retirer à la peau une couche protectrice et de l’irriter, de qui peut aggraver l’acné.

Médicaments

Certains médicaments peuvent causer des éruptions d’acné, notamment les corticostéroïdes oraux, certains contraceptifs oraux (la progestine seulement) et les anticonvulsivants.

Cycle menstruel

Plusieurs femmes remarquent que leurs éruptions d’acné correspondent à la période prémenstruelle.

Gratter et faire éclater les boutons

Toucher les lésions d’acné peut les aggraver et augmente le risque de cicatrisation permanente. Presser sur les boutons ou les faire éclater peut causer une éruption de sébum et de bactéries dans les tissus cutanés avoisinants, ce qui aggrave l’enflure et la rougeur et peut même causer une infection.

Aliments

Aucune étude n’a démontré que certains aliments ou que certaines habitudes alimentaires peuvent causer ou aggraver l’acné. Cependant, si vous remarquez qu’un aliment semble aggraver votre acné, essayer de ne pas en manger. Il serait toutefois malsain d’éviter un groupe alimentaire en entier; ce n’est donc pas recommandé.

Divers termes sont employés pour décrire les diverses formes de l’acné. On parle de comédon, de papule, de pustule, de nodule et de kyste. On appelle comédon un follicule obstrué. S’il s’agit d’un comédon ouvert, on parle de point noir parce que la surface est visible et devient noire lorsqu’elle est exposée à l’air. Un comédon fermé est un point blanc, similaire au point noir sauf qu’il est fermé à la surface. Les follicules obstrués peuvent devenir irrités et suffisamment enflés pour éclater, ce qui affecte les tissus environnants. Si un follicule obstrué éclate à la surface de la peau, il donne naissance à un bouton; s’il éclate sous la surface, il forme une bosse rouge qui sera un nodule ou un kyste.

Il y a essentiellement trois degrés de gravité.

  1. L’acné bénigne : la personne a quelques lésions près de la surface de la peau ; elles ne sont pas profondes et il n’y a pas d’inflammation.
  2. L’acné modérée : cette forme d’acné se caractérise par des lésions nodulaires plus profondes et par des rougeurs.
  3. L’acné grave : la personne a beaucoup de lésions et de nombreux kystes, et beaucoup de rougeur et d’inflammation.

Chez certaines personnes, l’acné qui se manifeste à l’adolescence peut persister à l’âge adulte sous forme plus ou moins grave. De plus, si vous n’avez pas eu d’acné à l’adolescence, cela ne veut pas dire que vous vous serez épargnés, puisque l’acné peut faire son apparition à l’âge adulte. Les trois quarts des cas d’acné chez les adultes se présentent chez les femmes.

Les variations d’hormones sexuelles en sont souvent responsables et c’est pourquoi certaines femmes souffrent d’acné cyclique avant leurs menstruations ou de périodes d’acné durant la grossesse ou la ménopause.

La plupart des adolescents ont un certain degré d’acné, car les hormones sexuelles qui affluent à l’arrivée de la puberté semblent également provoquer l’acné.

Comment ? Les hormones qui engendrent l’apparition des caractères sexuels mâles, les androgènes, font augmenter le nombre de glandes sébacées et leur taille, ainsi que la quantité de sébum (substance huileuse) qu’elles produisent. Des études ont démontré que plus l’acné apparaît tôt, plus elle risque de s’aggraver durant l’adolescence.

En ce qui concerne le traitement précoce de l’acné, il faut signaler qu’il importe de la traiter aussitôt qu’elle se manifeste. Même si l’acné semble bénigne et n’est pas très visible, il est essentiel de l’empêcher de s’aggraver et de causer des cicatrices permanentes.

L’acné peut même survenir dès la naissance. Cette forme juvénile s’appelle l’acné du nourrisson ou l’acné des bébés. Il s’agit d’un problème de peau courant qui touche environ 20 % des nouveau-nés. L’acné du nourrisson apparaît surtout sur les joues et le nez et se présente sous forme de lésions qui ressemblent à de petites papules rouges.

L’acné du nourrisson apparaît habituellement deux semaines après la naissance et peut durer pendant quelques mois. Elle se résorbe généralement avant que l’enfant ait trois mois. Ce genre d’acné est causé par les hormones maternelles qui restent dans le corps du bébé après la naissance et qui stimulent les glandes sébacées. Les hormones maternelles traversent le placenta et atteignent le bébé, ce qui stimule trop ses glandes sébacées qui produisent alors de petits boutons.

La peau des bébés atteints d’acné du nourrisson peut devenir plus irritée lorsqu’elle entre en contact avec de la salive, du lait et certains tissus, ou lorsque le bébé a trop chaud. À la différence des autres formes d’acné, l’acné du nourrisson guérit toute seule et n’exige aucun traitement, bien qu’il puisse arriver, dans certains cas graves, que le médecin recommande un traitement topique. Il faut savoir qu’une personne qui a eu l’acné du nourrisson ne sera pas nécessairement atteinte d’acné à l’adolescence.

L’acné peut être bénigne et de courte durée tout comme elle peut être grave et défigurante. Toutefois, l’apparence de l’acné n’est pas aussi importante que les sentiments de la personne atteinte. On a longtemps négligé l’acné, perçue comme un rite de passage et un problème temporaire insignifiant. Or, pour les personnes qui souffrent d’acné, le problème est loin d’être anodin.

Une étude canadienne menée auprès de près de 500 patients souffrant d’acné publiée dans le British Journal of Dermatology indique que même les cas bénins d’acné peuvent miner l’estime de soi et causer une dépression et des pensées suicidaires. En outre, comme l’acné coïncide souvent avec le début de la puberté, elle aggrave le sentiment d’incertitude concernant l’image du corps, l’estime de soi et les autres émotions négatives que les adolescents ressentent souvent.

L’étude a révélé que l’acné peut être associée aux effets psychologiques suivants :

  • retrait social;
  • perte d’estime de soi;
  • perte de confiance en soi;
  • image negative du corps;
  • embarrass;
  • sentiments de depression;
  • colère;
  • preoccupation;
  • frustration.

Quelques statistiques au sujet de l’acné

  • Près de 20 % des Canadiens, soit 5,6 millions, ont de l’acné.
  • L’acné touche environ 90 % des adolescents et 20 à 30 % des adultes de 20 à 40 ans.
  • Plus de 80 % des personnes atteintes d’acné ont entre 12 et 24 ans.
  • Dans 99 % des cas, l’acné se présente dans le visage.
  • L’acné survient habituellement à la puberté et dure jusqu’à l’âge adulte, mais peut persister pendant de nombreuses années, quel que soit l’âge.
  • L’acné du nourrisson touche près de 20 % des nouveau-nés.
  • Environ 25 % des adolescents et jeunes adultes auront de l’acné jusqu’à l’âge de 25 ans.
  • Les femmes comptent pour 75 % des cas d’acné chez les adultes.

Même l’acné bénigne peut causer des cicatrices, quoique l’acné la plus grave (kystique) soit plus souvent associée au risque de cicatrisation. Il est difficile de prédire qui développera des cicatrices et si celles-ci seront graves.

Les cicatrices résultent d’un dommage à la peau et le résultat visible est une perte ou une accumulation de tissu cutané. Il y a deux sortes de cicatrices : cicatrices déprimées (petits trous) et cicatrices en relief (épaissies).

Différentes sortes de cicatrices
  • Cicatrices en « pic à glace » – Ce sont les cicatrices les plus courantes que cause l’acné. Elles forment des trous profonds dans la peau.
  • Cicatrices en forme de bourrelets – Le rebord des cicatrices est moins prononcé, mais il y a tout de même un creux leur donnant l’aspect d’une petite vague.
  • Cicatrices déprimées – Cicatrices creuses dont les rebords sont prononcés et qui donnent à la peau un aspect martelé.
  • Cicatrices hypertrophiques (chéloïdes) – Tissus cicatriciels en relief se présentant sous forme de bosses au lieu de creux.
Comment réduire les cicatrices

La prévention est le meilleur traitement pour les cicatrices causées par l’acné. Il est important de traiter l’acné le plus tôt possible et de la maîtriser afin d’empêcher la formation de nouvelles lésions. Toutefois, il y a plusieurs façons de traiter les cicatrices si vous en avez déjà. Consultez votre dermatologue pour déterminer quel traitement vous conviendra le mieux.

Les crèmes et les gels qui contiennent de la trétinoïne peuvent être utilisés comme traitement non chirurgical pour les cicatrices superficielles (par opposition aux cicatrices profondes ou en relief). Ce produit favorise la production de nouveau collagène et permet essentiellement à la peau de produire générer un nouveau tissu sans cicatrices.

Les peelings chimiques et les peelings à l’acide alpha-hydroxy aident à uniformiser la teinte de la peau et peuvent adoucir les petites imperfections.

La microdermabrasion, un type de peeling plus intensif, est recommandée pour les cicatrices causées par l’acné superficielle légère. La microdermabrasion consiste en un traitement de 10 à 20 minutes qui enlève la couche supérieure de la peau endommagée.

Les agents de remplissage injectables sont des produits tels que le collagène et l’acide hyaluronique, qui sont injectés sous la surface de la peau afin de remplir les creux et les trous laissés par les cicatrices.

Le renouvellement cutané au laser élimine la couche superficielle endommagée de la peau, ce qui aide à adoucir l’apparence des cicatrices plus profondes. Ce genre de traitement favorise également la production de nouveau collagène dans la peau.

À éviter – Il ne faut pas faire éclater les boutons ! Gratter ses boutons ou les faire éclater répand les bactéries et cause plus d’acné.

À faire – Lavez-vous le visage UNE ou deux fois par jour avec un nettoyant fait pour combattre l’acné.

À faire – Appliquez de l’écran solaire. La peau est beaucoup plus sensible aux rayons UV lorsque vous utilisez des produits pour l’acné.

À éviter – Ne vous en faites pas trop à cause de votre acné. Le stress peut indirectement aggraver l’acné en affectant les niveaux d’hormones.

À faire – Utilisez un maquillage sans huile et choisissez seulement des produits non comédogènes, car ils ne contiennent pas d’ingrédients qui obstruent les pores.

À éviter – Le mieux est de ne pas porter de maquillage du tout. Laissez votre peau respirer et guérir (au moins une fois par semaine !)

À éviter – Ne vous sentez pas seuls. Presque tout le monde a des boutons un jour ou l’autre.

À faire – Lavez souvent votre taie d’oreiller et vos draps. Ils absorbent l’huile et peuvent transmettre l’huile et la saleté à votre peau.

À faire – Lavez vos brosses de maquillage avec un savon antimicrobien. Les applicateurs de maquillage peuvent contenir des bactéries.

À éviter – Il ne faut pas frotter la peau. Le frottage n’aide pas et peut même irriter votre peau et aggraver votre acné.

Vous devriez consulter un médecin lorsque vous avez traité votre acné vous-même avec des médicaments en vente libre et que l’état de votre peau ne s’est pas amélioré. Votre médecin de famille ou un dermatologue peut vous aider, même si vous avez de l’acné bénigne. En effet, même l’acné bénigne peut laisser des cicatrices. De plus, on ne peut pas prédire si l’acné empirera avec le temps.

Quels sont les différents genres de traitements?

Que votre acné soit grave ou non, mieux vaut intervenir rapidement pour la maîtriser et réduire le risque de cicatrices permanentes. Il est impossible de savoir une acné bénigne empirera, persistera à l’âge adulte ou disparaîtra avant la fin de l’adolescence.

Les traitements contre l’acné visent à réduire diminuer la quantité de sébum produite, à enrayer les bactéries de l’acné (P. acnes), à soulager la peau sèche et à calmer l’inflammation.

Médicaments en vente libre

Si vous avez de l’acné bénigne, vous pouvez habituellement utiliser un médicament sans ordonnance avant de consulter votre médecin. Ces médicaments sont généralement moins puissants que les médicaments prescrits et sont faciles à trouver. Les traitements pour l’acné sans ordonnance comprennent les nettoyants médicamentés et les crèmes et gel topiques.

Leurs ingrédients actifs sont habituellement l’acide salicylique ou le peroxyde de benzoyle, en concentrations variées. L’acide salicylique possède des propriétés anti-inflammatoires et exfoliantes, tandis que le peroxyde de benzoyle assèche la peau, exfolie légèrement et tue les bactéries. Les nettoyants et crèmes à base de peroxyde de benzoyle sans ordonnance ont une concentration de 5 % et moins alors qu’avec une ordonnance, leur concentration peut atteindre 10 %. Quel que soit le traitement utilisé, il faut persévérer pendant un ou deux mois avant de voir des résultats. S’il n’y a aucune amélioration après six à huit semaines, consultez votre médecin.

Ce qu’il faut savoir :

  • Il faut appliquer les médicaments topiques à toute la région affectée et non à chaque bouton individuel.
  • Les médicaments ne fonctionnent ni mieux ni plus rapidement si vous en appliquez davantage que la quantité prescrite. Il suffit donc d’appliquer une couche mince et égale.
  • Utilisez les produits de la façon indiquée sur l’étiquette et selon les recommandations de votre médecin.
  • Les produits qui contiennent du peroxyde de benzoyle peuvent rendre votre peau plus sensible au soleil. Il faut donc réduire l’exposition au soleil et protéger la peau du soleil.
  • Appliquez en premier votre médicament contre l’acné et laissez-le bien sécher avant d’appliquer du maquillage.
  • Même si votre acné s’améliore, poursuivez le traitement afin d’empêcher l’apparition de nouvelles lésions.
Médicaments d’ordonnance

Les traitements pour l’acné sur ordonnance peuvent comprendre les formules topiques, telles que les antibiotiques et les rétinoïdes (dérivés de la vitamine A). Les médicaments oraux (ou systémiques) peuvent comprendre les antibiotiques, les rétinoïdes et les agents hormonaux (c’est‑à‑dire les contraceptifs oraux).

Les antibiotiques topiques (p. ex. érythromycine, clindamycine) peuvent être prescrits afin de réduire l’inflammation associée aux rougeurs et à l’enflure causées par l’acné.

Les antibiotiques oraux (p. ex. tétracycline, minocycline) sont généralement prescrits pour les cas d’acné modérés ou graves sur la poitrine, le dos et les épaules. Ces antibiotiques agissent en réduisant la quantité de bactéries P. acnes.

Ce qu’il faut savoir :

  • Il est rarement recommandé d’utiliser les antibiotiques topiques à long terme, car l’utilisation prolongée entraîne un risque important de résistance aux antibiotiques (ce qui signifie que le traitement n’est plus efficace contre les bactéries qui causent l’acné).
  • Les médecins prescrivent souvent un produit qui contient à la fois du peroxyde de benzoyle et un antibiotique topique.

Les agents hormonaux tels que les contraceptifs oraux sont recommandés pour les cas d’acné modéré et grave (p. ex. l’acné kystique) contre lesquels d’autres traitements ont échoué. Ils sont souvent utilisés lorsque l’acné apparaît ou s’aggrave à l’âge adulte. Deux formes d’acné répondent bien aux contraceptifs oraux : celle qui se manifeste durant la période prémenstruelle et celle qui apparaît le long de la mâchoire et qui est habituellement d’origine hormonale.

Ce qu’il faut savoir :

  • Il arrive que l’acné empire entre du premier au troisième mois du traitement.
  • Il ne faut pas prendre ce genre de médicament si vous êtes enceinte, car les agents hormonaux peuvent causer des anomalies congénitales.
  • Si vous fumez, l’utilisation de ces médicaments présente des risques accrus d’effets indésirables graves pour le cœur et les vaisseaux sanguins.
  • Les agents hormonaux et les contraceptifs oraux ne sont pas habituellement recommandés pour les femmes de 35 ans et plus.

Les rétinoïdes (dérivés de vitamine A) sont prescrits dans les cas d’acné qui ne réagissent pas aux autres traitements. Les rétinoïdes se présentent sous forme topique et orale. Les rétinoïdes topiques (c.-à.-d. la trétinoïne, l’adapalène et le tazarotène) aident à régénérer les cellules de la peau et à réduire l’inflammation. Les rétinoïdes oraux sont réservés aux cas graves d’acné très persistant.

Ce qu’il faut savoir :

  • Les femmes enceintes ne doivent pas utiliser de produits qui contiennent de l’isotrétinoïne car ce médicament entraîne des risques importants d’anomalie congénitale ou de fausse couche, quelle que soit la durée de l’utilisation du médicament. (Santé Canada prévient qu’une seule dose d’un médicament qui contient de l’isotrétinoïne peut avoir des effets néfastes sur le développement du fœtus).
  • Si vous prenez un médicament qui contient de l’isotrétinoïne, vous devez éviter de devenir enceinte ou d’allaiter puisque ce médicament peut nuire au bébé.
  • Les médecins qui traitent des femmes en âge de concevoir doivent suivre à la lettre le programme de gestion des risques dicté par le fabricant, ce qui comprend notamment éduquer la patiente au sujet des risques possibles associés à ce médicament, lui donner de l’information au sujet des choix de mesures contraceptives et lui faire signer un formulaire de consentement.
  • Les préparations orales qui contiennent de l’isotrétinoïne sont associées à la dépression et même au suicide dans certains cas. Ces produits peuvent aussi accroître les risques de développer le diabète, des maladies du foie ou des maladies du cœur, surtout s’il y a des antécédents médicaux de ces maladies dans votre famille.
  • Les produits qui contiennent de l’isotrétinoïne peuvent aussi rendre votre peau plus sensible au soleil et réduire votre vision nocturne, ce qui peut se produire soudainement.
  • Les rétinoïdes topiques peuvent aussi faire peler votre peau et causer des rougeurs. Il est donc déconseillé de s’en servir près des yeux, de la bouche ou du nez.
Pourquoi il est important de suivre le traitement prescrit

Lorsque votre médecin vous aura prescrit un médicament, il est important de vous en servir correctement et de continuer à l’utiliser aussi longtemps que votre médecin le recommande. Au début du traitement, bien des médicaments pour l’acné assèchent la peau visiblement et la font peler et causent également des rougeurs et de l’irritation. Il arrive même dans certains cas qu’ils aggravent l’acné avant de l’améliorer. Ces effets indésirables incitent certains patients à abandonner leur traitement trop tôt et même à dire à leur médecin que le traitement ne fonctionne pas. C’est pourquoi il est essentiel de poser des questions à son médecin pour comprendre pourquoi il a prescrit un certain médicament, comment bien s’en servir, pendant combien de temps l’utiliser, à quels résultats on peut s’attendre et quand il y aura une amélioration.

Votre médecin pourrait vous recommander débuter graduellement un nouveau traitement pour donner le temps à la peau de s’y habituer. Par exemple, il ou elle pourrait vous conseiller d’appliquer un médicament topique durant 15 minutes au début du traitement, puis ensuite de doubler la durée jusqu’à ce que vous puissiez avoir le médicament sur la peau pendant quatre heures. Votre peau devrait finir par s’habituer au produit, après quoi vous pourrez laisser le médicament sur la peau toute la journée ou toute la nuit sans irritation importante. Une autre méthode consisterait à alterner les jours d’application du médicament. Vous pourriez donc utiliser le produit une nuit sur deux jusqu’à ce que votre peau s’y soit habituée. Toute irritation de la peau causée par un traitement devrait se calmer après quelques jours d’utilisation.

Mythe 1 – Les aliments gras empirent l’acné.
On a longtemps pensé que certains aliments, comme le chocolat, les frites et autres aliments gras, pouvaient aggraver l’acné, mais les études scientifiques n’ont pas trouvé de lien entre ces aliments et l’acné.

Mythe 2 – Une mauvaise hygiène peut causer l’acné.
L’acné ne se produit pas parce que la peau est sale et n’a rien à voir avec les habitudes d’hygiène d’une personne. Et les points noirs ne sont pas des pores pleines de saleté. Ils sont noirs parce que la protéine qui les compose (la kératine) s’oxyde au contact de l’air. En fait, se laver trop vigoureusement et trop souvent peut aggraver l’acné.

Mythe 3 – L’acné disparaîtra d’elle-même éventuellement.
Elle peut disparaître avec le temps, mais l’acné peut s’aggraver énormément avant de finalement disparaître. Et plus longtemps vous avez de l’acné, plus les risques sont grands d’avoir des cicatrices permanentes. La façon la plus efficace de se débarrasser de l’acné, ce n’est pas d’attendre mais de la traiter. Parlez-en à votre médecin afin de voir quel traitement vous conviendra le mieux.

Mythe 4 – On peut attraper l’acné d’une personne atteinte.
L’acné est certes inesthétique et gênante pour la personne atteinte, mais elle n’est absolument pas contagieuse.

Mythe 5 – L’exposition au soleil et le bronzage font disparaître l’acné.
Le bronzage, extérieur ou intérieur, n’aidera pas l’acné à long terme. L’exposition au soleil peut améliorer un peu l’acné au début, en faisant sécher les lésions et les huiles à la surface de la peau, mais son effet n’est que temporaire. Le plus souvent, l’acné revient en force après une exposition aux UV. En outre, l’exposition au soleil accroît le risque de cancer de la peau.